Qu’est-ce que le spoofing ?

Aujourd’hui, force est de constater qu’avec l’avènement de l’ère numérique, la transformation digitale des entreprises a apporté un changement important. Que ce soit dans le traitement des données ou dans la gestion des tâches administratives, les nouvelles technologies sont devenues plus qu’indispensables. Mais le développement rapide de ces innovations informatiques a donné naissance à plusieurs menaces. Et parmi les cyber-menaces les plus redoutables et qui visent particulièrement les entreprises se trouve : le spoofing. Qu’est-ce que c’est ? Comment s’en protéger ? Focus.

Décryptage du spoofing

Le spoofing, au sens propre du terme, fait référence aux différents actes de cybercriminalité par lesquels les hackers se mettent à usurper une identité. Comme vous l’aurez compris, le spoofing est une usurpation qui englobe les différentes tactiques du hacker pour voler une identité électronique. Au sein d’une entreprise, cela peut être un client potentiel, un fournisseur ou un contact.

L’objectif des usurpateurs ne se limite pas à pirater l’adresse électronique d’une personne. La plupart des hackers tiennent à disposer des données confidentielles d’une enseigne, pour ensuite s’en servir à des fins personnelles. Dans la majorité des cas, le but du spoofing est de soutirer les informations bancaires des utilisateurs.

En termes de pratique, il faut noter que le spoofing va consister à tromper un réseau ou un ordinateur par le biais d’une adresse IP falsifiée. Le trafic internet va par la suite être redirigé au niveau du DNS. Il se peut aussi que les hackers falsifient les données ARP sur un réseau.

Spoofing et phishing : quelles différences ?

Il existe différents types d’usurpation, et phishing et spoofing en font tous deux parties. Le phishing assemble les différentes techniques d’hameçonnage qui ont pour objectif d’appâter leurs victimes en les poussant à divulguer leurs données personnelles. Par la suite, ces données seront réutilisées dans le cadre d’un vol et d’une usurpation d’identité.

Mais le spoofing va se distinguer du phishing au niveau de l’adresse IP ou du DNS. Il inclut des techniques plus complexes qui visent à duper un réseau. A cela s’ajoute le fait que les communications qui sont envoyées à la cible sont minutieusement réalisées dans le but de la tromper. Les victimes vont ainsi se mettre à croire qu’il s’agit réellement d’une source légitime.

Il est primordial de noter qu’il existe trois grandes techniques de spoofing que les hackers utilisent :

  • l’usurpation d’email
  • l’usurpation d’IP
  • le smart-spoofing

L’usurpation par e-mail 

Au tout début de l’année 2019, la société productrice de peinture Asia Paints, basée à Mumbai, a été victime d’une attaque massive par usurpation d’email. Le hacker a réussi à se faire passer pour un des fournisseurs de la société. C’est ce qui explique pourquoi l’usurpation d’e-mail est la technique la plus courante. A cela s’ajoute le fait que l’e-mail est un système très utilisé à travers le monde entier. Les échanges de données confidentielles s’y font généralement.

La stratégie de cette approche consiste à configurer un courrier électronique minutieux et bien détaillé qui ne suscitera en aucun cas la méfiance de la cible visée. Dans la majorité des cas, les pirates utilisent également une adresse email qui ressemble à une adresse sécurisée. Ils y ajoutent un caractère et la cible n’y voit que du feu. Les spoofers ont également tendance à remplacer un « .com » par un « .co ». Voilà en quelque sorte ce qui rend cette technique menaçante. Elle est difficile à déceler.

L’usurpation par IP 

La technique de l’usurpation par IP est la plus complexe et la plus sophistiquée. Les spoofers vont envoyer des paquets IP depuis une adresse qu’ils ont usurpée. Ce qui fait que cette stratégie ne vise pas un utilisateur mais tout un réseau. Et comme l’usurpation d’une adresse IP est utilisée dans le cadre d’un lancement d’attaques DDoS, les pirates sont de ce fait en mesure de brouiller les pistes.

Le smart spoofing

Le principe du smart spoofing par du même fait que l’usurpation d’une adresse IP. La différence réside dans le fait qu’avec le smart spoofing, le pirate peut accéder à des services sur un réseau ou aussi accéder à des applications.

Savoir reconnaître les attaques par spoofing

Nombreux sont les signes d’attaques par spoofing qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille.

  • Sachez que les entreprises à données sensibles telles que les banques ne peuvent pas utiliser les services de messageries publiques.
  • Méfiez-vous des formules de salutations génériques et des mails contenant des demandes d’informations personnelles.
  • Lorsque vous recevez des pièces jointes étranges avec des extensions HTML ou EXE, ne cliquez pas dessus.
  • Soyez vigilant sur les fautes dans les URL.

L’installation d’une messagerie sécurisée, la meilleure façon de se protéger du spoofing

Différentes solutions peuvent s’offrir à vous pour limiter les risques d’attaques par spoofing. Mais LA solution par excellence demeure l’installation d’une messagerie sécurisée. Dans cette lancée, notre entreprise vous propose une application de messagerie avec un cloud privé qui s’adresse à toute entreprise des industries réglementées. Vos données seront nettement plus sécurisées.

You may also like