Qu’est-ce qu’un cryptojacking ?

Cryptojacking

Certes, le cryptojacking est une nouvelle menace pour les usagers d’internet, mais il semble très prisé par les hackers en quête d’ordinateurs performants pour miner de manière malveillante. Ce procédé est loin d’avantager ses victimes vu qu’elles hériteront d’une facture alourdie en termes de consommation énergétique. De plus, il use de la capacité du CPU sans que le propriétaire n’en soit conscient. Gros plan sur cette nouvelle arnaque.

Cryptojacking : la définition

Avant de pouvoir apprendre ce qu’est le cryptojacking, vous avez tout intérêt à comprendre ce que sont les cryptomonnaies. Ces dernières renvoient en effet à une déclinaison d’argent dépourvu de forme physique mais disposant d’une grande valeur virtuelle. Les cryptomonnaies se classent parmi les actifs dits monnaies digitales qui sont en train de gagner en popularité à côté des monnaies traditionnelles. Le Bitcoin, né en 2009, est le fleuron de l’écosystème crypto, suivi d’autres variétés comme l’Ethereum ou le Dogecoin, pouvant servir à vendre, acheter ou investir.

Le cryptojacking est, par contre, une forme d’utilisation illicite de l’appareil sur lequel le détenteur de cryptomonnaies manipule son compte. Pour ce faire, le hacker se sert d’un malware pour miner le compte à l’insu de son propriétaire. Ce logiciel malveillant est d’une efficacité absolue dans le « mining » et le vol de ressources informatiques via le processeur d’un ordinateur. Conséquence : il s’incruste secrètement dans le but de bénéficier de la capacité de production de la machine et pénalise de fait son propriétaire par une hausse anormale de sa facture d’électricité.

Contrairement à d’autres malwares, le cryptojacking se limite à l’appropriation dérobée de la performance des systèmes d’un ordinateur ainsi qu’à la consommation énergétique de ce dernier. Les ransomwares, quant à eux, visent l’obtention du paiement d’une rançon sous forme de cryptomonnaies en échange de la remise des données sensibles appartenant à l’utilisateur attaqué. Le cryptojacking, de son côté, permet d’éviter les coûts liés à l’appropriation de matériels adéquats et à l’extraction énergivore de cryptomonnaies.

Fonctionnement du cryptojacking

Plusieurs modes de hacking orbitent autour du cryptojacking. Viennent en tête de liste les méthodes imitant les malwares classiques consistant à envoyer un mail avec lien malveillant. Un simple clic sur ce dernier suffirait à déclencher tout un processus de mining de cryptomonnaies sur un ordinateur. L’infection de cette machine ne sera pas visible par un utilisateur qui ne s’y connaît pas étant donné la capacité du cryptohacker à travailler en cachette 24 heures sur 24.

Notez qu’il existe par ailleurs une autre approche dite « minage intempestif de cryptomonnaies ». Il s’agit d’une forme d’arnaque à base de publicité dont l’objectif est d’imbriquer un code JavaScript dans une page web. La consultation de cette page sera le meilleur moyen pour enclencher une opération de mining (ou minage) de la cryptomonnaie sur votre ordinateur. Auparavant, ce procédé a gagné en légitimité parce que certaines entreprises ont témoigné leur honnêteté dans le mining de monnaies, via un site de jeu par exemple.

Pour résumer, l’infection d’un cryptohacker sur votre ordinateur se fait de deux manières. La première est liée à l’ouverture d’une pièce jointe malveillante attachée à un mail ou suite au clic d’un lien compromis. Ce qui est largement suffisant pour charger le code sur votre machine et démarrer le processus de cryptojacking. La seconde méthode serait la suite logique de la consultation d’une page web. Cette opération, apparemment anodine, favorise l’exécution d’un bout de code JavaScript sur votre ordinateur, voire votre smartphone Android.

Comment s’en protéger ?

La meilleure des protections contre les cryptojackings est la prévention. Celle-ci pourra se faire en installant des extensions sur votre navigateur. Pour Chrome, le mieux est d’ajouter des modules comme minerBlock ou NoCoin. Sur Firefox, vous pouvez choisir comme extension NoScripts. Par ailleurs, les programmes de blocage de publicité comme AdBlock pourraient avantager les utilisateurs voulant se protéger des scripts de cryptojacking. Sinon, les fans d’Opera, surtout ceux qui utilisent la version 50 et/ou plus, seront exempts d’infection de malware de type cryptohacker.

Toutefois, il ne faut pas oublier que la détection manuelle d’une intrusion par cryptojacking est plus ou moins impossible. Comme il s’agit d’un logiciel malveillant très discret, l’arrêter pourrait sembler compliqué. Pour avancer dans le repérage d’infection par ce genre de malware, il vous incombe de vérifier régulièrement le taux d’utilisation du microprocesseur ou CPU. Au cas où votre ordinateur témoignerait d’un taux anormalement haut d’usage de CPU, il est fort probable que votre machine est en train de miner des cryptomonnaies sans votre consentement.

Et enfin, n’oubliez pas de faire appel à des professionnels capables de vous proposer des solutions complètes en matière de cybersécurité. C’est notamment le cas de notre entreprise, disposant d’une filiale en France, qui vous suggère l’option Cloud privé. Cette alternative, couplée à une application de messagerie sécurisée et un respect des réglementations en vigueur sur le sol français et européen, vous garantira une sécurité optimale pour vos machines. Recourir à nos services protègera votre PC des éventuelles attaques de malwares comme le cryptojacking.

You may also like