Comment envoyer un email sécurisé ?

email sécurisé

Dans le monde professionnel, la confidentialité des données est un élément des plus importants. Une fuite peut très vite représenter une menace pour l’image et la notoriété d’une entreprise. Et force est de constater que la majorité des informations sensibles d’une enseigne transite par messages électroniques. Ce qui explique pourquoi il est important de mettre un point d’honneur sur la sécurisation de ces derniers. Il s’agit d’ailleurs d’un sujet sensible au cœur de toutes les organisations. Alors, comment envoyer un email sécurisé ? Décryptage.

Les différentes menaces auxquelles les informations sont exposées

Avant d’entrer plus en détail sur comment envoyer un email sécurisé, il est de mise de comprendre les différentes menaces auxquelles ils sont actuellement exposés. D’après une étude réalisée par fr.statista.com , en 2016, 53% des emails échangés en entreprise étaient des spams. Le fait est ainsi que bon nombre des sociétés modernes, avec la démocratisation de la digitalisation, tendent à négliger la sécurisation de leurs mails. Pourtant, il s’agit d’un élément sensible et vulnérable. Et cette vulnérabilité constitue une aubaine pour les hackers. En tant qu’entreprise, quel que soit votre secteur d’activité, vous devrez ainsi savoir que l’exposition de vos données risquera de vous coûter cher : phishing, ransomware, virus ou encore mail spoofing, la liste n’est pas exhaustive. Vos données peuvent ainsi être utilisées ou vendues au marché noir. Dans l’optique où s’agit d’un ransomware, attendez-vous à ce que l’ensemble du système informatique de votre société soit paralysé.

Le chiffrement : la solution par excellent pour un email sécurisé

Sans chiffrement, il est impossible d’assurer l’envoi d’email sécurisé. La transmission part en texte clair et devient vulnérable au piratage. Le chiffrement est composé de plusieurs méthodes de codage puissantes. Elles ont été développées dans le but de permettre la génération d’email sécurisé chiffré. Notez que le chiffrement se décline en trous grandes catégories : le transfert, le contenu et les mails archivés.

  • Chiffrer la transmission d’emails : pour chiffrer l’envoi d’un email sécurisé, l’outil le mieux adapté est le protocole de transmission TLS (Transport Layer Security). Un email sécurisé avec chiffrement TLS bénéficie d’un contenu indéchiffrable par des tiers pendant les transferts et échanges des données. Le courriel transmis peut ainsi être récupéré via un navigateur web ou via une messagerie telle qu’Outlook. A noter également que TLS permet de sécuriser les données des commerces électroniques et des banques en ligne.
  • Chiffrer le contenu des mails : comme le cryptage de la transmission de mail, pourquoi ne pas en faire de même pour son contenu ? Dans cette optique, vous pouvez utiliser la méthode standard telle que S/MIME. Avec sa technique de chiffrement asymétrique, le S/MIME utilise deux clefs. La première est une clef privée qui est uniquement connue par l’expéditeur. La seconde est une clef publique qui est accessible aux destinataires.
  • Chiffrer les mails archivés : même si les emails restent stockés dans la boîte aux lettres, il est important de les protéger. Pour cela, vous pouvez utiliser les méthodes de chiffrement mentionnées ci-dessus. Vous pouvez également crypter votre disque dur ou vos dossiers contenants des données sensibles.

L’usage de la messagerie hébergée

Lorsqu’on parle d’envoi d’email sécurisé, nombreuses sont les entreprises qui évoquent le mailing hébergé comme étant une solution efficace et pertinente. Il s’agit d’une option permettant à l’enseigne d’utiliser une adresse électronique professionnelle. Les avantages d’opter pour cette méthode sont nombreux :

  • Disposer d’une image de marque au principal outil de communication avec les partenaires exclusifs de la société
  • Profiter d’un espace de stockage important
  • Bénéficier d’un échange de courriels sans discontinuité
  • Profiter d’une sauvegarde périodique des données via un outil de backup
  • Disposer d’une adresse IP qui élimine systématiquement tout risque de phishing

Avec une messagerie hébergée, il est aussi possible d’ajouter des fonctions collaboratives à la boîte aux lettres électroniques. Ainsi, vous allez pouvoir jouir d’une fonction collaborative pour ne citer que le partage de dossiers et la centralisation des contacts.

La messagerie sécurisée : pour une protection optimale des données

Une messagerie sécurisée est une application qui intègre un système garantissant l’envoi d’email en toute sécurité. Certaines, les plus avancées, proposent même un outil de conversation secrète. Les sociétés modernes voient en la messagerie sécurisée, une solution qui représente à la fois un outil fluide et efficient. Avec cette dernière, les entreprises des industries réglementées bénéficient d’un envoi d’email à la fois stable et sécurisé. Elle propose également des fonctionnalités avancées qui répondent parfaitement aux attentes des enseignes. Par la même occasion, la majorité intègre un système anti spam.

Il faut admettre qu’aujourd’hui, les messageries sécurisées sont de plus en plus nombreuses à être proposées sur le web. Mais si vous êtes à la recherche d’une messagerie capable d’assurer efficacement l’envoi d’email sécurisé, notre entreprise sera à la hauteur de vos exigences. Implantée en France depuis des années, nous proposons une application de messagerie sécurisée performante ainsi qu’un cloud privé où vous pourrez stocker vos données.

Réception d’un e-mail : adoptez les bons réflexes !

Réception d'un e-mail

Les boîtes de messagerie professionnelle sont souvent de grandes cibles d’attaques informatiques de sorte que la vigilance doit être constamment de mise. Tout comme il est facile de mettre un faux nom d’expéditeur sur une enveloppe, il en est de même de se faire passer pour quelqu’un d’autre sur un courriel. Face à ce fait, certain nombre de bons réflexes est à adopter à la réception d’un e-mail suspect.

Se méfier du nom de l’expéditeur

En recevant un courriel, c’est une erreur d’avoir une confiance aveugle sur le nom de l’expéditeur. En effet, dans cet outil de messagerie public, tout le monde peut se faire facilement passer pour quelqu’un d’autre. Il est préférable d’être toujours attentif ou alerte quant aux indices pouvant faire douter sur l’origine réelle de l’e-mail. Ce peut être notamment le cas lorsque le nom de l’expéditeur ne correspond pas au message reçu ou que le texte comporte une incohérence tant sur le fond que sur la forme. Il faut d’autant plus redoubler de vigilance quand le message comporte des liens url ou des pièces jointes. À savoir que plus de 90 % des tentatives d’attaque informatique se font à travers les emails. Dès lors qu’un doute se présente, il est plus judicieux de contacter directement l’interlocuteur pour s’assurer de la provenance effective du message.

Réflexe à avoir sur d’éventuels liens ou pièces jointes reçus

À la réception d’un e-mail douteux, éviter surtout de cliquer immédiatement sur d’éventuelles pièces jointes envoyées par l’expéditeur. Celles-ci peuvent en effet contenir des espiogiciels ou des virus susceptibles de s’attaquer directement à l’appareil. C’est souvent par leur intermédiaire que les pirates finissent par avoir accès à l’ordinateur. Ainsi, bien avant d’ouvrir sur le document, il est essentiel de s’assurer que l’entreprise ait installé sur le poste un antivirus, et que celui-ci soit bien activé et mis à jour. L’appareil doit être envoyé pour un contrôle, à partir du moment où il a un comportement anormal, notamment lorsqu’il fonctionne trop lentement ou qu’il affiche un écran blanc sporadique.

À l’instar des pièces jointes, il est également recommandé de ne jamais cliquer directement sur les liens url contenus dans le courriel suspect. À la place, un bon réflexe consiste préalablement à faire passer la souris au-dessus du lien en question. Cette opération permettra d’avoir un aperçu sur l’adresse du site de destination de façon à pouvoir vérifier s’il correspond effectivement au message envoyé. Si ce dernier s’avère douteux ou qu’il ne correspond pas au texte du lien, éviter surtout de cliquer dessus. À la limite, il est préférable de taper manuellement l’adresse envoyée sur la barre de recherche du navigateur.

Se méfier des demandes d’informations confidentielles

Une des principales erreurs à éviter est également celle de répondre à des demandes d’informations confidentielles sur les emails professionnels. Par informations confidentielles, on entend surtout les mots de passe, les codes PIN et les coordonnées bancaires.

Garder en tête que les demandes légitimes et réelles sur ces informations ne s’effectuent jamais par courriel électronique. Là encore, si le doute plane, il est préférable de se mettre en contact direct avec le correspondant légitime et confirmer l’objet du mail. En effet, il est fort possible que le destinataire soit victime d’une tentative de filoutage ou phishing. Les personnes malveillantes utilisent en effet cette technique en usurpant notamment l’identité d’une tierce personne ou d’un site quelconque. Le but est évidemment d’utiliser les informations ainsi reçues à des fins malveillantes. Dans cette optique, il faut notamment se méfier des messages de type :

  • Chaîne de lettres
  • Pyramide financière
  • Porte-bonheur
  • Appel à solidarité
  • Alerte virale

Même en connaissant l’expéditeur de ces messages, il est préférable de les relayer.

Prêter attention à la qualité du texte

Dans la plupart des cas de tentatives de filoutage, le corps du texte est rarement de bonne qualité, notamment concernant l’orthographe et la tournure des phrases. C’est surtout le cas lorsque les tentatives en question viennent de l’étranger et que le travail de traduction incombe à un logiciel. Tous caractères accentués mal retranscrits doivent de ce fait alerter le destinataire. Néanmoins, il demeure important de redoubler de vigilance étant donné que plusieurs tentatives emploient désormais un français correct.

Miser sur un bon paramétrage du logiciel de messagerie

Pour prévenir toute attaque informatique, certaines précautions doivent être prises par les utilisateurs de boîte de messagerie professionnelle. Celles-ci ont trait d’une part à la mise à jour du logiciel de messagerie. D’autre part, l’intéressé doit prendre soin de désactiver la prévisualisation automatique des courriels tout comme l’exécution automatique des plugins, des ActiveX et des téléchargements.

Pour des échanges encore plus sécurisés, n’hésitez pas à essayer notre application de messagerie sécurisée. Celle-ci possède un cloud privé pour les entreprises des industries réglementées, lesquelles ne peuvent faire appel aux messageries publiques en raison du caractère sensible de leurs données.

Qu’est-ce qu’un ransomware ? Tout savoir sur les ransomwares.

Ransomware

Le ransomware est aujourd’hui un sujet bien souvent évoqué non seulement au sein des entreprises, mais aussi dans la presse et aux informations. Mais bien que ce terme soit populaire, nombreux sont ceux qui ignorent encore l’ampleur de la menace qui pèse sur la sécurité de leurs données. Mais qu’est-ce qu’un ransomware ? Quelles sont les différentes formes de ransomware et leurs modes d’infection ? Quelles sont les cibles potentielles ? Focus.

Décryptage du ransomware

« Ransomware » : dans ce terme, le mot rançon est mis en exergue. Il se traduit ainsi par malware de rançonnage. Les ransomwares sont des programmes malveillants qui servent à chiffrer les fichiers des ordinateurs, ce qui empêchera les utilisateurs d’accéder à leur système.

Il faut savoir que ces derniers sont propagés par des pirates. Et comme vous l’aurez certainement compris, pour pouvoir accéder de nouveau à vos fichiers personnels, une rançon vous sera demandée. Généralement, le coût du déblocage d’un système informatique est compris entre 300 et 500 $. Cette rançon sera payée en bitcoins.

Il faut aussi savoir que les toutes premières versions de ransomwares ont été développées vers la seconde moitié des années 80. Et à l’époque, comme les bitcoins n’existaient pas encore, il fallait envoyer la rançon par courrier postal. La première attaque de ransomware date de 1989, lorsque Joseph Popp décida d’infecter des disquettes avec le fameux cheval de Troie SIDA.

Les modes d’infection du ransomware

À la différence d’un virus, le ransomware n’est pas capable de se reproduire, mais brouille les fichiers afin de les rendre inutilisables. Et ce logiciel peut être introduit dans un ordinateur de plusieurs manières. La méthode la plus courante est sans doute l’utilisation de malspams.

Ils sont livrés par le biais d’emails indésirables qui, en général, contiennent des pièces jointes piégées. Une autre méthode que les cybercriminels utilisent pour piéger les utilisateurs est le malvertising, très populaire en 2016. Malvertising, au sens propre du terme, signifie publicité malveillante.

Cette méthode vise à utiliser des publicités en ligne afin de distribuer des malwares. Généralement, elle ne nécessite que peu d’interaction avec les utilisateurs. Ainsi, en surfant sur le web, ils peuvent être facilement renvoyés vers des serveurs de fishing sans même avoir cliqué sur un lien.

A noter que ces serveurs répertorient toutes les informations concernant les ordinateurs piratés des victimes. Ainsi, ils vont pouvoir sélectionner les malwares qui sont les plus adaptés pour infecter le système de chaque PC.

Les différents types de ransomwares

À l’instar des virus informatiques, il existe également différents types de ransomware. Et certaines variantes peuvent se montrer plus menaçantes que d’autres. Quoi qu’il en soit, tous les malwares de rançonnage ont un point en commun : la rançon. Parmi les plus populaires, vous trouverez :

Les scarewares

Les scarewares sont de faux logiciels qui prétendent pouvoir détecter des problèmes sur le système des PC modernes. Ils demandent ainsi une somme d’argent pour éradiquer les « virus ». Les variantes les plus récentes sont même capables de verrouiller le PC sur lequel elles ont été installées. D’autres, en revanche, inondent les écrans d’alertes et de fenêtres agaçantes et qui ne pourront être fermées, même après plusieurs redémarrages du système.

Les doxwares

Ces leakwares sont des logiciels qui sont programmés pour publier toutes les informations dérobées sur un PC si la victime refuse de payer. Ce type de ransomware est souvent utilisé par les cybercriminels. La raison est que nous, en tant qu’utilisateurs, avons l’habitude de sauvegarder des fichiers sensibles sur nos PC.

Les bloqueurs

Il s’agit d’un des types de ransomwares les plus menaçants. Une fois introduits dans un ordinateur, ils verrouillent l’écran et bloquent tous les accès aux fichiers. Souvent, lorsque l’utilisateur redémarre son ordinateur après avoir constaté le blocage, le problème empire. L’écran à part entière sera couvert par une fenêtre qui comporte différents éléments de mise en page. Ce qui conduit évidemment au fait de devoir payer pour débloquer l’ensemble du système interne de l’appareil.

Les cryptomalwares

Communément appelés « crypteurs », ce type de ransomware est classé dans le niveau d’alerte rouge. Ils sont également les plus utilisés et sont en mesure de causer des dégâts massifs. La plupart du temps, les cibles de ces ransomwares sont les entreprises de grande envergure. Dans les faits, ils extorquent jusqu’à près de 50.000$ aux victimes. Le cas le plus récent est celui de Wannacry qui a mis en danger la vie de milliers de patients lorsqu’il a frappé plusieurs hôpitaux.

Comment se prévenir d’un ransomware ?

Il existe plusieurs façons de se protéger d’un ransomware pour ne citer que le fait d’éviter les liens, les spams et les sites suspects. Mais l’une des méthodes les plus incontournables pour prévenir de ces logiciels consiste à installer une application de messagerie sécurisée. Pour cela, essayer gratuitement notre messagerie sécurisée Pronto! Demander votre compte démo.

Comment supprimer un malware ?

La confidentialité sur Internet fait partie des sujets les plus en vogue de la décennie. Savoir comment supprimer un malware devient à cet effet essentiel. En effet, en 2017, le Congrès des États-Unis a autorisé la vente des données personnelles par des sociétés de réseaux sans fil et haut débit. En 2018, l’Australie a obligé le service de messagerie WhatsApp à intégrer des logiciels espions. Ceci dans le but de voir et de contrôler les conversations des utilisateurs. Les scandales sur la confidentialité ne cessent d’envahir l’actualité. Chacun doit alors être le plus prudent possible.

Mieux connaitre les différents types de malware pour mieux les combattre

Le malware, c’est l’une des principales raisons qui permettent ces intrusions. Qu’est-ce qu’un malware ? C’est un programme malveillant et intrusif. Cependant, avant de pouvoir le supprimer, il faut d’abord savoir de quel type de logiciel il s’agit. Chaque jour, l’institut AV-TEST enregistre plus de 350 000 nouveaux programmes malveillants et applications potentiellement indésirables. Ceux-ci sont examinés, classés selon leurs caractéristiques et sauvegardés.

Adopter les bons reflexes pour une meilleure sécurité

Pour pouvoir se protéger correctement et ainsi supprimer un malware, il convient d’adopter des réflexes simples mais salvateurs.

La première étape est un bon anti-virus

Chaque ordinateur doit être équipé d’un antivirus. C’est la première façon de supprimer un malware. Ces programmes vont détecter les menaces et pourront les retirer dans les meilleurs délais. Ils peuvent ainsi surveiller et protéger votre ordinateur. Il faut veiller à les mettre à jour régulièrement car de nouveaux programmes malveillants peuvent apparaitre.

Choisir des mots de passe complexes

Afin que les hackers ne puissent pas deviner vos mots de passe, il faut que ceux-ci soient difficiles. Utilisez des mots de passe différents pour chaque programme. Mélangez dans vos mots de passe lettres majuscules, minuscules, les chiffres et les symboles. Et surtout, ne cliquez jamais sur l’option « se souvenir du mot passe ».

Activer le pare-feu sur votre ordinateur

En général, chaque ordinateur est muni d’un pare-feu. Il faut veiller alors à l’activer. En effet il peut prévenir une menace qui voudrait atteindre votre ordinateur. 

Utilisez une messagerie sécurisée

En janvier 2019, près de deux milliards d’enregistrements de piratage ont été publiés : 1 769 185 063 pour être précis. Opter pour une messagerie sécurisée devient indispensable. Ainsi, vous pourrez être sûrs que vos communications ne seront pas vues par d’autres personnes.

Avec les malwares, le gouvernement, les pirates de l’informatique, ou même votre fournisseur d’accès internet, peuvent intercepter vos messages. Grâce au chiffrement bout en bout, vos discussions seront brouillées et les messages ne pourront être décodés que par l’expéditeur et le destinataire.

Nous offrons aux entreprises intéressées une application de messagerie sécurisée qui contient une communication unifiée et un cloud privé. Ceci est indispensable pour les sociétés règlementées comme les banques, les compagnies aériennes ou de transport, les assurances et les institutions publiques.

En effet, ces entreprises brassent quantités de données sensibles et n’ont pas le droit légalement d’utiliser les messageries publiques qui peuvent les mettre à risque. Nous avons comme point fort d’être soumis à la législation française, qui ne permet pas les investigations comme aux Etats-Unis.

Optez pour de nouveaux programmes

Si vous avez remarqué que votre système est infecté alors que vous disposez déjà d’un antivirus, il faudra penser à le remplacer. Demandez l’avis de professionnels pour savoir lequel est le plus performant et le plus efficace contre les malware. Différents logiciels sont accessibles et téléchargeables de nos jours. On peut citer : 

  • Le Malwarebytes : c’est le meilleur logiciel antimalwares parmi ceux gratuits et facile d’utilisation.
  • Le HitmanProqui peut supprimer les rootkits.
  • Le Kaspersky, qui a aussi la capacité de combattre les rookits.

Si vous ne pouvez pas vous connecter à internet, vous pourrez toujours les récupérer via une clé USB auprès de personnes qui les auraient téléchargés. Vous les installerez ensuite sur votre ordinateur pour analyse.

Supprimer le malware proprement dit

Avant de supprimer le malware, il faut sauvegarder tous les fichiers et toutes les données de votre ordinateur importants pour vous. Ainsi vous pourrez les restaurer si vous devez réinstaller votre logiciel. Si vous avez Windows 10, le Windows Defender Antivirus y est intégré. Vous allez directement redémarrer avec cet antivirus et suivre les instructions pour l’activer. Si vous ne l’avez pas, il faut déconnecter internet après avoir sauvegardé les fichiers. Ensuite il faut suivre les étapes suivantes :

  • Faite une analyse en mode normal
  • Puis une analyse en mode sans échec avec prise en charge réseau.
  • Redémarrez votre ordinateur
  • Maintenez la touche F8 enfoncée avant de voir le logo de démarrage.
  • Effacez vos fichiers temporaires avec l’option Nettoyage de disque.
  • Activez le nouveau programme antivirus que vous venez de prendre et attendez bien jusqu’à ce qu’il ait terminé. Si des malwares sont détectés, l’antivirus vous dira comment les supprimer. Il vous suffira de suivre les instructions.
  • Enfin, avec votre antivirus habituel, faire à nouveau une analyse complète. Cela durera environ une heure.

Si vous rencontrez encore des problèmes, il faudra penser à réinstaller Windows.

Qu’est-ce qu’un malware ? Et comment l’éviter ?

Hackers, cyberattaque et malware sont des termes qui font désormais partie de notre vie dès lors que l’on utilise régulièrement les services d’internet. Ceux-ci sont tous des menaces à notre sérénité, aussi bien dans la vie personnelle que professionnelle. En plus de perturber le fonctionnement normal de nos appareils électroniques, ils peuvent aller jusqu’à dérober des informations personnelles ou sensibles. En effet, un malware peut servir pour faire main basse sur des données permettant ensuite de dérober des sommes d’argent ou encore de noircir la réputation d’une entreprise. Pour faire face et se protéger de manière efficace contre ces intrusions, il convient de pouvoir répondre à la question : qu’est-ce qu’un malware ?

Un malware : que désigne exactement ce terme ?

Qu’est-ce qu’un malware ? Le terme « malware » est un anglicisme obtenu par la contraction de deux lexèmes anglais qui sont : MALicious pour malveillant et softWARE pour logiciel. Le mot malware est classé comme un vocable dit « à parapluie » ; ce qui signifie que le terme regroupe plusieurs autres mots désignant un logiciel de même fonctionnement.

Le malware désigne de manière générale un programme malveillant utilisé par les pirates informatiques pour arriver à une fin de cybercriminalité. Installé sur un ordinateur ou un terminal informatique, il agit pour faire dysfonctionner le système de celui-ci. Ce programme peut être de nombreux types et son utilisation dépend de l’intention de l’émetteur. Il peut s‘agir :

  • d’un virus ;
  • d’un spyware ;
  • d’adware ;
  • de ransomware ;
  • d’un cheval de Troie ;
  • d’un keylogger ;
  • d’un rootkit ;
  • d’un cryptojacking ;
  • de vers informatiques, etc.

Comment fonctionne un malware ?

Dans le but de pouvoir reconnaître un malware, il convient de savoir comment il fonctionne. Un tel programme commence par agir une fois que l’utilisateur de l’ordinateur, de la tablette ou du smartphone installe sans le vouloir ledit programme sur son appareil. On précise « sans le vouloir » parce que les hackers emploient diverses techniques pour faire agir un logiciel malveillant sur un système à l’insu de son propriétaire. En effectuant une des actions suivantes, un utilisateur peut ouvrir la porte à l’installation d’un malware :

  • en cliquant sur des liens contenus dans des courriels ou sur des sites non sécurisés;
  • en téléchargeant des fichiers infectés quelque soit le format : mp3, vidéo, pdf, etc.
  • en installant un programme venant d’un fournisseur inconnu ;
  • en consultant des pages web piratées.

Quelques types de malware et leurs fonctionnements

Les pirates informatiques utilisent différentes techniques comme le spoofing pour attaquer leurs cibles. Cette technique est à la source de nombreuses cyberattaques cette dernière décennie. Elle consiste à usurper l’identité d’une connaissance, d’un ami, fréquemment de son supérieur hiérarchique ou encore d’un collègue. Pour y parvenir, les hackers envoient un message demandant au destinataire ses données via une adresse de messagerie dissimulée.

Voici d’autres exemples de malware :

Les ransomware

Installé sur un appareil, ces programmes verrouillent ce dernier et empêchent son propriétaire d’accéder à ses données. Le déverrouillage ne peut s’effectuer que quand les pirates obtiennent de l’utilisateur ce qu’ils veulent : il peut s’agir d’une somme d’argent comme d’un service ou autre.

Notez que toute personne utilisant des messageries standard pour stocker des informations sont menacées par ce type de malware.

Les spywares

Un malware de type spyware réussi à collecter des données sensibles au sujet d’une personne ou d’une entreprise. Les informations comme les données bancaires ou renseignements concernant la société sont envoyés aux hackers, qui peuvent les utiliser ensuite sans que les concernés ne soient au courant.

Le cheval de Troie

Une autre technique utilisée pour que la victime ne se doute de rien est le cheval de Troie. Pensant installer un programme inoffensif, cette dernière ouvre en fait la porte à l’installation d’un malware sur sa machine, qui ralentira son système et créera un dysfonctionnement. Tous les types d’appareils peuvent être touchés.

Comment se protéger face à un malware ?

Depuis 2016, année où le nombre de victimes de cyberattaques a considérablement augmenté, les ingénieurs informaticiens tentent de présenter diverses solutions pour que chaque utilisateur puisse se protéger. L’objectif étant de pouvoir supprimer un malware installé dans son terminal. Voici donc quelques conseils :

Utiliser une messagerie sécurisée

Si vous stockez des données sensibles sur votre ordinateur, le moyen le plus sûr de vous protéger est d’utiliser une messagerie sécurisée. De nombreux chefs d’entreprises et d’institutions réglementées ont opté pour une messagerie sécurisée. Profitant d’un cloud privé et d’une application sécurisée, ils mettent toutes les chances de leurs côtés pour éviter de se trouver à la place des victimes des attaques cybercriminelles par l’installation d’un malware.

Installer un programme antivirus

Tout le monde utilise déjà un antivirus, mais il faut se doter en plus d’un programme puissant permettant d’éliminer les menaces d’un malware. Comme les hackers diversifient leurs techniques et changent régulièrement leurs modes de fonctionnement, il peut être difficile de les suivre via un programme antivirus. Une mise à jour régulière s’impose donc. Par ailleurs, il faut se méfier dès que l’appareil met plus de temps que d’habitude à exécuter un programme ou que l’espace de stockage est plein sans qu’aucune installation n’ait été effectuée.

Comment se protéger de l’usurpation d’email ?

L’innovation de la technologie et le besoin de faciliter les communications ont incité entreprises et différentes institutions à utiliser des applications de messagerie classiques. Pourtant, ce moyen ne s’avère pas être le plus efficace en terme de sécurité. De plus, les attaques cybercriminelles telles que l’usurpation d’email sont de plus en plus fréquentes selon les chiffres avancés par le site dédié aux pré-plaintes sur la cybercriminalité. En effet, en 2019, près de 100 000 personnes ont été victimes des hackers, en particulier via l’utilisation de messageries standard pour l’échange de données sensibles. Institutions et entreprises des industries réglementées, Pronto! vous propose une solution durable et sécurisée.

Comprendre comment prévenir l’usurpation d’email

Redoubler de vigilance en informatique : une expression devenue tellement populaire que certains en oublient son sens. Bien évidemment, cette phrase ne signifie rien tant que les processus pour y parvenir ne sont pas explicites. Il est donc vital de comprendre en premier lieu comment les hackers lancent leur cyberattaque afin de pouvoir se protéger.

Le Spoofing

Le spoofing est une technique utilisée par de nombreux malfaiteurs pour piéger un utilisateur et lui voler des données personnelles et confidentielles. Ils procèdent en usurpant l’identité d’une personne. Dans ce cas, le destinataire pense recevoir le message d’une personne connue, répertoriée, et ne se doute à aucun moment de l’attaque cybercriminelle.

L’usurpation du nom

Les personnes cible de ce genre d’attaque sont celles tenant un poste à responsabilité. Selon une étude menée par Verizon, la connexion à partir de matériels informatiques comme tablettes ou smartphones fait baisser la garde des utilisateurs face aux arnaques. Le hacker compte ainsi sur le fait que le destinataire sera occupé et ne vérifiera pas l’adresse mail associée au nom. Le destinataire reçoit donc un message venant par exemple de Google, demandant l’identification pour confirmer un compte. Pourtant, une simple vérification permet de voir que l’adresse associée au nom peut être [email protected]

L’usurpation de nom de domaine

Des hackers utilisent des outils sophistiqués pour leur attaque cybercriminelle, ce qui peut les amener à effectuer des opérations complexes et non redoutées des utilisateurs. L’usurpation de nom de domaine est une technique employée afin de pousser le destinataire à suivre un lien qui mène vers une fausse page web. Le destinataire peut par la suite saisir des données personnelles sur le site en question, données qui seront utilisées par les malfaiteurs à des fins frauduleuses.

L’usurpation de domaine voisin

Connaissant les habitudes des internautes et les fatigues liées à la lecture sur l’écran, les hackers en profitent pour usurper un nom de domaine en affichant un nom très proche. En rajoutant un s ou un e, détail qui n’est toujours pas évident à repérer, ils envoient un message à un destinataire pour lui faire croire que l’email est légal.

Comment procéder pour ne pas se faire usurper son email ?

Sachant comment vous pouvez vous faire arnaquer, il est plus facile d’user de prudence. Ainsi, le meilleur moyen pour une entreprise ou une institution reste l’utilisation de messagerie sécurisée et de cloud privé. Pronto! est une solution parfaite pour réduire le risque d’usurpation d’email.

Utilisation de l’application de messagerie sécurisée Pronto!

Une telle application est plus sûre étant donné que le niveau de sécurité est plus élevé pour le transfert des données. Ceci est dû à plusieurs facteurs :

  • utilisation de son propre protocole ;
  • mises en place d’opérations sécurisées comme l’autodestruction des messages après un certain laps de temps ;
  • le moyen de déchiffrement comme le chiffrement de bout en bout.

Utilisation d’un cloud privé pour se protéger de l’usurpation d’email

Un cloud privé n’est accessible que depuis un réseau internet privé, ce qui réduit le nombre de personnes ayant accès à ce réseau. Le niveau de sécurité est élevé, d’où la préférence des entreprises pour l’utilisation de cloud interne. Les pare-feux et les hébergements internes évitent que des acteurs externes tels que les fournisseurs et les partenaires aient accès aux données sensibles.

Prendre l’habitude d’effectuer une vérification à chaque réception de mail

A chaque réception de mail, pour ne pas tomber dans le piège de l’usurpation d’email, pensez à :

  • vérifier qui est le destinataire. Un seul caractère différent suffit pour tomber sur une mauvaise personne et dévoiler ses données personnelles ou données d’entreprise à des malfaiteurs. Le meilleur moyen d’éviter le spoofing est d’user de vigilance sur les emails comportant les lettres l par exemple, pouvant être facilement remplacées par un i majuscule : l’illusion est parfaite, comme sur Google et GoogIe avec un i majuscule.
  • vérifier l’adresse mail associée au nom, surtout quand c’est un mail venant d’un supérieur qui ordonne un virement ou demande des informations de grande importance sur la société. Souvent, les hackers effectuent leurs attaques en usurpant l’identité d’un supérieur hiérarchique.
  • examiner le nom de domaine. Comme avec les faux destinataires, le nom de domaine peut être proche mais erroné. Par exemple, au lieu d’écrire societejenny.com, ils peuvent mettre socieetjenny.com à la place.

Sécurisez tous vos échanges et transferts de données grâce à l’application Pronto! sécurisée. Vous pouvez essayer cette solution quelque temps avec un compte démo pour vous faire une idée.

Emails frauduleux, quels sont les bons réflexes ?

Les emails frauduleux sont des faux messages envoyés à différents destinataires. Toutes les entreprises peuvent en être victime si elles ne savent pas les reconnaitre. Les cybercriminels peuvent faire douter même les institutions publiques ! Afin d’éviter les faux emails et le phishing, il convient d’adopter les bons réflexes, les bons comportements qui doivent devenir des habitudes au quotidien. Car ce que les spammeurs exploitent souvent, ce sont la crédulité et la confiance des gens. C’est pour cette raison qu’il faut recourir à des solutions efficaces à long terme comme ne jamais se précipiter d’ouvrir les courriels, qu’ils viennent de bonnes connaissances ou d’étrangers.

Prêter attention au nom de l’expéditeur

Les emails frauduleux peuvent provenir de n’importe qui, malheureusement. Sur internet, il est dangereux d’avoir une confiance aveugle dans un expéditeur, même si on en connaît le nom. Car il est tout à fait possible de recevoir un message contenant un virus de la part d’une personne que l’on connait très bien. Le bon réflexe à adopter lorsqu’on reçoit un email, c’est de vérifier le message, son titre, peu importe d’où il provient. Prudence est mère de sureté, même en termes de messagerie électronique. En cas d’incohérence, mieux vaut ne pas l’ouvrir.

De plus, si le fond et la forme du message reçu sont différents de d’habitude, c’est sûrement une fraude. Souvent, ces courriels contiennent des liens ou des pièces jointes suspicieuses, il est formellement recommandé de ne pas les télécharger. L’idéal serait de contacter l’expéditeur afin de vérifier s’il est bien à l’origine du message ou si son compte a été piraté.

Ne pas répondre à une demande d’informations confidentielles

Afin d’éviter les emails frauduleux, on ne doit jamais répondre à une demande d’informations confidentielles. C’est le meilleur réflexe à adopter. Il est important de rappeler que ce genre de demande ne s’effectue pas par le biais d’un courriel. Les demandes de coordonnées bancaires, de mots de passe ou de code PIN ne sont jamais envoyées par email. En cas de doute, il faut contacter le correspondant et vérifier si le message vient vraiment de lui. Dans le cas contraire, il s’agit d’une tentative de phishing ou encore de filoutage.

C’est généralement la méthode utilisée par les individus malveillants qui pratiquent l’usurpation d’identité. En effet, les escrocs envoient des messages sous forme de chaine de lettres : appels à solidarité, alertes vitales, pyramides financières ou porte-bonheurs sont tous des messages suspects. De ce fait, il est primordial d’éviter de les relayer, de les bloquer, les identifier comme courrier indésirable et de les supprimer. Cela reste valable même si on sait d’où ils proviennent.

Faire attention au contenu et aux détails du message

Pour éviter les emails frauduleux, il y a quelques gestes à avoir. Lors de la lecture d’un message, passez la souris au-dessus des liens présents : c’est pour s’assurer qu’ils pointent bien vers l’adresse du site mentionné dans l’email. Si ce n’est pas le cas, alors ne jamais cliquer sur ces liens. Ensuite, vous pouvez également vérifier les caractères accentués à l’intérieur du texte. En cas de mauvaise retranscription, il s’agit d’une tentative de filoutage.

Il est aussi crucial de tenir compte du français employé dans le message. Lorsque l’orthographe ou la formulation sont au-dessus de la moyenne, il se peut que cela provienne d’une traduction faite à partir d’un logiciel malveillant. Des tournures de phrase soutenues, inhabituelles pour l’oral, ou un message de qualité moyenne comme écrit par un étranger, doivent vous mettre la puce à l’oreille. Les tentatives de phishing emploient un français très correct, avec parfois des fautes grossières : méfiez-vous !

Paramétrer convenablement son logiciel de messagerie

Le paramétrage correct de son logiciel de messagerie est un excellent réflexe contre les emails frauduleux. Cela consiste à la mise à jour automatique des logiciels utilisés en les paramétrant afin de désactiver la prévisualisation automatique de tous les messages reçus. En entrant dans les paramètres de sécurité, on interdit l’exécution automatique de certains éléments. Ainsi, il y a ActiveX, les plug-ins ainsi que les téléchargements que vous pouvez désactiver manuellement, particulièrement en cas d’échec de l’interdiction.

Utiliser la messagerie sécurisée Pronto! contre les emails frauduleux

Au sein d’un environnement sensible, il est préférable de lire les messages en format de texte brut, c’est-à-dire sans la belle mise en forme mais sans les liens également. Sinon, l’utilisation d’une messagerie sécurisée avec un compte démo est un choix des plus efficaces. C’est une application de messagerie tout à fait sécurisée. Elle permet de jouir d’une communication unifiée et d’un cloud privé. Elle est avantageuse pour toutes les entreprises des industries règlementées et les nombreuses institutions publiques. En voici les résultats :

  • Le taux moyen d’emails frauduleux contenant un virus est de 0,31 depuis 2019 contre 0,34 en 2010
  • Le nombre de mails qui contiennent un malware est inférieur à 0,5 %, d’après les statistiques de Altospam
  • Les entreprises sont 6,2 fois susceptibles de recevoir des phishing et 4,3 fois de recevoir des emails infectés, d’après les statistiques de Google.

Optez donc pour la solution privée offerte par Pronto! pour protéger vos données sensibles et vous garder à l’abri des emails frauduleux.

Comment sensibiliser ses employés aux risques de phishing ?

Une imprudence de la part des employés, en ouvrant un courriel contenant un virus, peut coûter cher à la société. Citons entre autres le vol d’information, la diffamation de l’image de marque au profit de la concurrence ou encore le détournement des fonds de l’entreprise. La menace est de plus en plus grande compte tenue du fait que les techniques de phishing évoluent avec l’avènement de l’ère numérique. À cet égard, il est important d’encourager la prise de conscience de vos collaborateurs à travers une campagne de sensibilisation. Tour d’horizon sur les techniques à adopter pour réussir votre campagne ainsi que les solutions de défense les plus efficaces pour sécuriser votre système informatique.

Bien comprendre le concept du phishing

Phishing, filoutage et hameçonnage : voilà trois mots qui désignent tous un acte de cyber-malveillance. Le phishing est une technique de piratage apparue il y a près d’une vingtaine d’année, mais qui représente aujourd’hui encore 90% des attaques ciblées. D’après les études menées par Verizon, l’hameçonnage est même en forte recrudescence en France depuis ces dernières années. Ceci s’explique par l’expansion des réseaux sociaux et l’abondance des informations qui y sont diffusées. De plus, en 2015, les cybers-escrocs ont réussis à développer des techniques d’ingénierie sociale pour inciter les employés au sein des entreprises à cliquer. Pour être plus précis, le phishing joue sur les failles du facteur humain plutôt que sur des faiblesses technologiques.

Les entreprises, cibles potentielles du phishing

Les hameçonneurs ont toujours eu pour objectif d’engranger un gain financier considérable à leur victime et leurs potentiels cibles sont les entreprises. D’une autre part, le filoutage peut aussi être mis au point par la concurrence afin de ternir la réputation d’une autre entité. Le principe est simple : « pêcher » les informations d’identifiants afin de les exploiter.

L’hameçon utilisé est un leurre crédible et adapté à la cible tel qu’un message d’apparence respectable, aux couleurs de l’organisation. Cela peut aussi être un courriel de documents financiers ou encore relatif à la livraison de colis. Selon l’institut Ponemon, une entreprise de taille moyenne, victime d’un phishing, peut perdre environ 4 millions de dollars par an. Voilà la raison pour laquelle il est important d’investir dans un système pédagogique qui vise à « forcer » la prise de conscience des salariés.

Les campagnes de sensibilisation : une stratégie efficace pour se prémunir du phishing

Que vous soyez dirigeant ou responsable de la gestion des risques, une stratégie de sensibilisation à la cybersécurité est de mise pour protéger votre enseigne du phishing. À cet égard, des missions de simulation sont à mettre en place. Seulement sachez que ces techniques sont susceptibles de générer certaines réticences vis-à-vis de vos collaborateurs. Ainsi, il est important de savoir élaborer une approche en amont et en aval. Cela afin que la sécurité informatique ne soit plus considérée comme un obstacle à leur activité.

Les actions de sensibilisations aux risques de phishing à mener en amont

Élaborer un plan avant de mettre en œuvre un projet de limitation des risques de phishing est la première chose à entreprendre. Cela étant donné le fait que la sensibilisation des identifiants devra se faire à travers différents vecteurs mais pas un seul. D’autant plus que la capacité de compréhension et de prise de conscience de vos salariés diffèrera d’une personne à une autre.

Une fois le plan établit, vous devrez prévenir vos collaborateurs de la réalisation du projet de campagne de phishing. Ne croyez pas que le fait de faire part de cette simulation à vos employés risquera de fausser les résultats. Bien au contraire, cela va leur permettre d’être plus vigilants et attentifs.

Les cas échéants, il ne vous reste plus qu’à trouver des scénarios de mise en situation. Il est impératif qu’ils soient adaptés à vos partenaires. Pour ce faire, ne visez pas trop haut et évitez les scénarios trop affolants. Vous pouvez :

Simuler les dangers à travers un jeu vidéo : le but ici est de faire plonger chaque employé dans un univers virtuel où il rencontrera les risques du phishing. Créer des emails simples puis monter en complexité. Piéger les salariés en laissant délibérément une clé USB dans les salles de repos ou les parkings. Dans ce dernier se trouvera un fichier word avec un nom évocateur mais qui contiendra un lien de redirection vers la page invisible du site web de l’entreprise.

La mise en place de solutions de défense contre le phishing : l’action en aval

Une fois que la simulation prend fin, communiquez les résultats et évitez de sanctionner les collaborateurs qui ont été phishés. Le mieux est de faire témoigner des experts au travers d’ateliers pour que les salariés puissent développer un peu plus un état d’esprit vigilant. Il faudra aussi penser à installer un ou plusieurs systèmes de défense innovants dans le cloud de votre SI. Ces derniers devront s’appliquer à l’intégralité de vos applications qui traitent les Big Data. Des applications de messagerie sécurisée peuvent également être d’une grande utilité.

Quels sont les impacts d’une fuite de données informatiques ?

Vous rappelez-vous du piratage de données dont a été victime Yahoo! en 2016 ? Plus de 3 milliards de comptes avait été piratés suite au plus gros « hack » de données recensé à ce jour. Même si les plus grosses entreprises ne sont pas à l’abri d’une fuite de données informatiques, ce sont cependant les petites entreprises qui en sont les principales victimes. Selon le rapport de Verizon intitulé « 2018 Data Breach Investigations Report », 58% des victimes de piratages de données sont de petites entreprises. Quels sont les impacts d’une fuite de données pour une entreprise ? Comment se prémunir contre les risques d’une fuite de données ? Nous vous apportons quelques pistes de réponses dans notre article ci-dessous.

Les fuites de données en augmentation dans les entreprises

On s’aperçoit que la quantité de données collectées a largement augmenté ces dernières années. En effet, les sources de données se multiplient entre sites web, réseaux sociaux, boutiques en ligne, téléphones mobiles intelligents, technologies cloud etc… De ce fait le risque de piratage augmente, ces données et informations étant grandement convoitées par les hackers. D’après une étude publiée par l’Université du Maryland, une cyberattaque a lieu toutes les 39 secondes ! Or les conséquences d’une fuite de données dans l’entreprise sont considérables et la protection des données devient un enjeu majeur pour les sociétés, quelque soit leur taille. Un article publié par ZDnet intitulé « The role cybersecurity should play in 2019 IT budget planning » nous apprend qu’en 2018, 80 % des organisations prévoyaient d’augmenter leur budget consacré à la sécurité pour combattre la fuite de leurs données.

Le coût d’une fuite de données

Car le coût d’une cyberattaque est loin d’être négligeable. Face aux millions de dollars que coûte à certaines entreprises l’augmentation des fuites de données, celles-ci s’organisent pour garantir un niveau de sécurité supplémentaire et se protéger au mieux contre les cyberattaques. Il faut en moyenne 197 jours pour une entreprise avant de découvrir qu’elle a été victime de fuite de données (source : « 2018 Cost of a Data Breach Study » publié par l’Institut Ponemon). Les dommages pour une entreprise sont considérables et le coût en terme de perte d’activité frappe violemment l’entreprise. Celle-ci doit se défendre rapidement, ce qui n’est pas chose aisée. La meilleure solution reste bien entendu la prévention.

Que faire en cas de fuite de données ?

Si vous êtes victimes d’une cyberattaque, vous devez le signaler aux autorités. La loi RGPD (Règlement pour la protection des données) stipule que les entreprises européennes sont tenues de déclarer toute fuite de données personnelles dans les soixante-douze heures suivant l’incident, que celui-ci soit accidentel ou provienne d’une cyberattaque.

Si la fuite de données n’est pas inévitable, elle peut permettre de faire un bilan sur les failles de sécurité qui ont mené au vol de vos données. Ce bilan conduira à la mise en place d’actions pour vous protéger de type incident dans le futur. Mais vous pouvez dès d’ores et déjà vous protéger et partir sur des bonnes bases avant d’être victime d’une fuite de vos données.

Les solutions pour prévenir les fuites en informatique

Proportionnellement à l’augmentation des fuites de données, le nombre total d’attaques Web bloquées par jour a augmenté de 56,1 % entre 2017 et 2018 (source Statista). L’utilisation d’outils de sécurité avancée permet d’affronter des menaces des hackers et prévenir les fuites de données financièrement coûteuses.

Nous aidons nos clients à affronter les difficultés et problèmes de cybersécurité dans les industries règlementées telles que :

  • les banques,
  • les compagnies aériennes
  • les compagnies de transport
  • les assurances
  • les institutions publiques (éducation, santé, gouvernement, militaire…).

Grâce à notre solution de messagerie sécurisée et de cloud privé, nous aidons les entreprises à stopper les fuites de données chaque jour, et se protéger ainsi contre les cyberattaques.

La sécurité du cloud et des messageries d’entreprises : un enjeu majeur

Si l’utilisation du cloud s’est largement répandue ces dernières années, il n’en reste pas moins une source potentielle de fuite de données. Les entreprises stockant des données sensibles n’ont pas le droit légalement d’utiliser des messageries publiques (gmail, outlook, whatsapp…).

Il s’agit des entreprises issues des secteurs listés plus haut. Notre solution de protection informatique est soumise à la législation européenne ce qui amène un niveau de sécurité supplémentaire, contrairement à la législation américaine qui a mis en place le «patriot act» et le «cloud act».

Nous vous proposons d’essayer gratuitement notre messagerie sécurisée en créant votre compte démo en ligne. Vous pourrez ainsi découvrir son fonctionnement et sa facilité d’utilisation, sans aucun engagement de votre part. Si vous souhaitez obtenir plus de renseignements sur nos services, nous vous invitons à contacter notre équipe d’experts disponibles pour répondre à toutes vos questions.

Quelle solution pour une communication cryptée sur mobile ?

Actuellement, la technologie sans fil est omniprésente dans notre société moderne. En effet, les entreprises doivent s’adapter à cette évolution. Elles utilisent des moyens de communication diversifiés, dont les appareils mobiles font désormais partie. Pour sécuriser vos échanges avec vos collaborateurs ou votre clientèle, vous devez penser à utiliser une communication cryptée sur mobile, sur vos smartphones et tablettes. C’est pourquoi vous avez la possibilité d’utiliser une solution de cryptage polyvalente et adaptée aux différents appareils connectés. Pour en savoir plus à ce sujet, lisez ce qui suit !

Pourquoi utiliser le cryptage mobile ?

De nos jours, votre entreprise fait face à une clientèle dont les habitudes de vie ont considérablement changé. En effet, votre clientèle bouge de plus en plus et se connecte à distance. Par exemple, les jeunes actifs consultent très souvent leur smartphone et accèdent ainsi à toutes leurs informations. 

C’est pourquoi, les agences bancaires et les compagnies d’assurances sont obligées d’innover en permanence. Désormais, elles proposent l’envoi des relevés bancaires, des documents, des contrats et des principales opérations par l’intermédiaire d’envoi sécurisés et chiffrés. 

Cela leur permet d’attirer et de fidéliser une clientèle très mobile et diversifiée. Ainsi, il est possible de communiquer de manière sécurisée par messagerie cryptée partout dans le monde.

Si votre entreprise n’utilise pas encore le chiffrement des emails et documents envoyés sur les appareils mobiles, elle risque d’être une potentielle et future victime d’un piratage informatique

D’une part, les réseaux de connexion sans fil sont souvent peu sécurisés et ne protègent pas vraiment les informations échangées. D’autre part, les applications commerciales utilisent vos données personnelles et les revendent sans aucun scrupule à des annonceurs publicitaires. 

Ces derniers récupèrent vos informations confidentielles et vos données personnelles afin de les exploiter. C’est la raison pour laquelle vous devez absolument penser à utiliser une communication cryptée sur mobile, comme les iPhones ou smartphones Android. En effet, vous échangez souvent des informations personnelles et confidentielles. 

Lorsque vous achetez un produit en ligne, vous tapez votre mot de passe, votre code bancaire. Ces données très sensibles deviennent très vulnérables sans une protection adéquate.

Comment choisir une messagerie sécurisée de qualité pour une communication cryptée sur mobile ?

Pour être sûr de faire le bon choix en matière de sécurité numérique, mieux vaut opter pour une messagerie cryptée qui assure le chiffrement des emails de vos clients et collaborateurs sur tous les appareils . Cela vous permet d’avoir une protection complète de vos données. 

Comme vous le savez déjà, les claviers utilisés sur les appareils mobiles transmettent vos messages par les ondes. Ces messages peuvent être interceptés à tout moment par des personnes malveillantes. 

C’est pourquoi vos informations sensibles sont sans cesse en danger de piratage. Par conséquent, vous devez utiliser un mode de communication vraiment sécurisé. 

De cette façon, vos messages électroniques sont codés par un chiffrement dès l’envoi depuis votre appareil mobile et ceci jusqu’à leur arrivée dans la boîte de réception du mobile de votre interlocuteur.

Ce que notre entreprise vous propose en terme de cryptage mobile

Nous mettons à votre disposition notre service de messagerie cryptée qui est :

  • utilisable depuis la plupart des plateformes et sur tous les navigateurs web ;
  • pratique, car vous n’avez pas à échanger de clés de cryptage avec vos clients ;
  • fonctionnelle, car notre messagerie cryptée vous permet de sécuriser tous vos envois, même vos pièces-jointes ;
  • confidentielle, car elle vous permet de verrouiller votre boîte de réception sur votre mobile ;
  • Efficace, puisque 17000 organisations à travers le monde l’utilisent quotidiennement !

Notre but est de vous aider à simplifier la protection de vos données sur tous vos appareils connectés, que ce soit vos mobiles, vos ordinateurs ou vos tablettes numériques. 

Grâce à l’encryption de vos emails et de vos données électroniques, nous vous proposons une solution adaptée et sur-mesure pour sécuriser toutes vos informations confidentielles. 

Cette solution moderne vous permet de sécuriser vos communications où que vous soyez connecté. Nous utilisons une des normes d’encryption les plus évoluées et les plus sûres au monde à l’heure actuelle. 

Toute notre technologie est mise à votre service afin de vous aider à vous prémunir contre toutes les menaces de piratage. 

CommuniGate est une entreprise américaine, qui est implantée en France. Par conséquent, nous respectons la législation française en matière de protection des données (RGPD). Notre application de messagerie cryptée utilise le cloud privé. 

De nombreux responsables et chefs d’entrerprises nous confient déjà la protection de leur données sensibles. 

Ces entreprises sont des industries règlementées comme les banques, les compagnies aériennes, de transport, les assurances, les institutions publiques (éducation, santé, gouvernement, militaire…) etc. 

Ces entreprises hébergent les données confidentielles de leurs usagers et clients. C’est pourquoi elles n’ont pas le droit légalement d’utiliser les messageries publiques (comme Gmail, Outlook, Whatsapp, etc.) qui peuvent mettre à risque leur sécurité. 

Pourquoi attendre davantage pour assurer la sécurité et la protection des données numériques de votre entreprise ? Contactez-nous !