Comment se protéger du spoofing ?

Le mot spoofing est souvent entendu dans le langage des messageries. Il s’agit d’une usurpation d’identité utilisée depuis longtemps par les cybercriminels afin d’atteindre les messageries de leurs cibles : banques, assurances, compagnies de transport ou aériennes, institutions publiques… Mais comment se protéger du spoofing de manière fiable? Dans cet article, découvrez tout ce qu’il faut savoir pour ne pas tomber dans le piège des ces malveillants, tout en protégeant considérablement vos données les plus confidentielles.

Le spoofing et le phishing : quelle est la différence ?

Il est intéressant de connaître les différents types de cyber attaques pour pouvoir les contrer. Et phishing et spoofing semblent être les mêmes. Pourtant, le phishing ou hameçonnage est une escroquerie que les hackers envoient à leurs cibles sous forme de source fiable. Leur but est de pousser leur cible à ouvrir le fichier grâce à une ruse que les pirates utilisent, et une fois que la victime cliquera sur le lien, il endommagera son réseau informatique.

Dans le cadre du spoofing, les pirates usent d’une fausse identité sous toutes ses formes afin de mettre en œuvre leurs actions malveillantes.

Les types de spoofing

Afin de mener leurs attaques, les pirates informatiques usent de plusieurs types d’usurpation d’identité par différents canaux. Voici quelques-uns des plus courants.

Usurpation d’identité de l’appelant

Ici, il s’agit d’un appel entrant automatisé donnant l’impression que l’appel provient d’une région spécifique ou simplement d’un numéro de confiance. Dès que le prospect décroche, l’attaquant fait tout pour convaincre la personne au bout du fil de divulguer des informations importantes. L’usurpation d’identité de l’appelant peut ainsi être usurpée pour envoyer des messages indésirables ou falsifiés.

Se protéger du spoofing des adresses IP

Dans ce cas, les cybercriminels ne s’attaquent pas aux humains, mais principalement aux systèmes informatiques au niveau d’Internet. Les adresses IP sont une suite de chiffres indiquant la localisation de votre appareil aux autres machines environnantes. Quand un cybercriminel utilise l’usurpation d’adresse IP (Internet Protocol), il vise l’un des protocoles de base du Web.

Il existe de nombreux réseaux fermés qui sont configurés pour autoriser uniquement les paquets à partir d’une plage d’adresse IP pré-approuvée. Cette méthode de sécurité permet d’éviter que des appareils inconnus ne pénétrent à l’intérieur. Les cybercriminels dissimulent leur propre identité ou se font passer pour une source fiable afin de tromper le réseau sécurisé et l’infiltrer.

Le spoofing des adresses IP est particulièrement populaire dans les attaques des réseaux distribués (DDoS). Le pirate informatique alourdit le réseau en l’inondant de trafic entrant. Grâce à ce trafic à plusieurs sources, il sera plus difficile pour le réseau de répondre à la cible.

Se protéger du spoofing d’e-mail

Le système du courrier électronique, ouvert aux utilisateurs pour recevoir ou envoyer facilement des messages, est assez vulnérable : il donne de nombreuses possibilités aux acteurs malveillants d’arriver à leurs fins. L’usurpation d’e-mail peut causer certains dégâts dans les entreprises comme les banques et autres institutions. Les pirates se font passer pour des partenaires ou des cadres supérieurs à l’aide d’une adresse falsifiée, pour tenter d’obtenir des informations privilégiées sur les destinataires.

Le spoofing d’e-mail : comment s’en protéger ?

En général, ces signes courants peuvent vous aider à contourner les attaques d’usurpation d’e-mail :

  • Les salutations génériques initiées par « cher client » ou s’adressant à votre nom d’utilisateur de votre messagerie
  • Les domaines de messagerie générique
  • Les demandes d’informations personnelles via votre boîte de messagerie
  • Le typosquatting ou brandjacking
  • Les pièces jointes étranges

Toutes ces informations ne sont pas censées être demandées dans votre boîte mail. Si un collaborateur souhaite prendre contact avec vous, il s’adressera directement à vous et non pas par votre messagerie. Alors méfiez-vous !

La meilleure manière de se protéger contre le spoofing

Aucune entreprise n’est à l’abri des pertes de données puisque les risques liés aux messageries malveillantes et usurpées évoluent constamment. De ce fait, un certain effort est utile pour éviter les tentatives de spoofing. Afin de protéger votre entreprise, voici quelques recommandations :

  • Méfiez-vous des pièces jointes étranges avec des extensions de fichier inhabituelles
  • Pensez à changer vos mots de passe de temps en temps
  • Dissimulez votre adresse IP à chaque fois que vous connectez sur Internet
  • Vérifiez avant de cliquer sur les liens que vous recevez
  • Appelez pour confirmer une demande
  • Optez pour une messagerie sécurisée : les attaques d’usurpation d’identité peuvent arriver à tout le monde, mais grâce aux applications de messagerie sécurisée, vos données les plus sensibles seront loin des menaces.

Les grandes entreprises sont invitées à opter pour la messagerie sécurisée vu qu’elles ne peuvent utiliser les messageries publiques habituelles telles que Gmail, Outlook ou encore Whatsapp, etc. Sensibiliser les employés est aussi une autre alternative pour esquiver les usurpateurs. En les formant régulièrement sur les points à rechercher lors de l’analyse de leur boîte de messagerie, il sera plus facile pour eux d’identifier rapidement les potentiels e-mails malveillants.

Pour en savoir davantage sur ces applications de messagerie sécurisée, n’hésitez pas à prendre contact avec notre entreprise pour la tester gratuitement. Bien que nous soyons une enseigne américaine, nous sommes implantés en France et soumis à la législation française. Pour être au plus proches de nos clients.

Qu’est-ce que le spoofing ?

Aujourd’hui, force est de constater qu’avec l’avènement de l’ère numérique, la transformation digitale des entreprises a apporté un changement important. Que ce soit dans le traitement des données ou dans la gestion des tâches administratives, les nouvelles technologies sont devenues plus qu’indispensables. Mais le développement rapide de ces innovations informatiques a donné naissance à plusieurs menaces. Et parmi les cyber-menaces les plus redoutables et qui visent particulièrement les entreprises se trouve : le spoofing. Qu’est-ce que c’est ? Comment s’en protéger ? Focus.

Décryptage du spoofing

Le spoofing, au sens propre du terme, fait référence aux différents actes de cybercriminalité par lesquels les hackers se mettent à usurper une identité. Comme vous l’aurez compris, le spoofing est une usurpation qui englobe les différentes tactiques du hacker pour voler une identité électronique. Au sein d’une entreprise, cela peut être un client potentiel, un fournisseur ou un contact.

L’objectif des usurpateurs ne se limite pas à pirater l’adresse électronique d’une personne. La plupart des hackers tiennent à disposer des données confidentielles d’une enseigne, pour ensuite s’en servir à des fins personnelles. Dans la majorité des cas, le but du spoofing est de soutirer les informations bancaires des utilisateurs.

En termes de pratique, il faut noter que le spoofing va consister à tromper un réseau ou un ordinateur par le biais d’une adresse IP falsifiée. Le trafic internet va par la suite être redirigé au niveau du DNS. Il se peut aussi que les hackers falsifient les données ARP sur un réseau.

Spoofing et phishing : quelles différences ?

Il existe différents types d’usurpation, et phishing et spoofing en font tous deux parties. Le phishing assemble les différentes techniques d’hameçonnage qui ont pour objectif d’appâter leurs victimes en les poussant à divulguer leurs données personnelles. Par la suite, ces données seront réutilisées dans le cadre d’un vol et d’une usurpation d’identité.

Mais le spoofing va se distinguer du phishing au niveau de l’adresse IP ou du DNS. Il inclut des techniques plus complexes qui visent à duper un réseau. A cela s’ajoute le fait que les communications qui sont envoyées à la cible sont minutieusement réalisées dans le but de la tromper. Les victimes vont ainsi se mettre à croire qu’il s’agit réellement d’une source légitime.

Il est primordial de noter qu’il existe trois grandes techniques de spoofing que les hackers utilisent :

  • l’usurpation d’email
  • l’usurpation d’IP
  • le smart-spoofing

L’usurpation par e-mail 

Au tout début de l’année 2019, la société productrice de peinture Asia Paints, basée à Mumbai, a été victime d’une attaque massive par usurpation d’email. Le hacker a réussi à se faire passer pour un des fournisseurs de la société. C’est ce qui explique pourquoi l’usurpation d’e-mail est la technique la plus courante. A cela s’ajoute le fait que l’e-mail est un système très utilisé à travers le monde entier. Les échanges de données confidentielles s’y font généralement.

La stratégie de cette approche consiste à configurer un courrier électronique minutieux et bien détaillé qui ne suscitera en aucun cas la méfiance de la cible visée. Dans la majorité des cas, les pirates utilisent également une adresse email qui ressemble à une adresse sécurisée. Ils y ajoutent un caractère et la cible n’y voit que du feu. Les spoofers ont également tendance à remplacer un « .com » par un « .co ». Voilà en quelque sorte ce qui rend cette technique menaçante. Elle est difficile à déceler.

L’usurpation par IP 

La technique de l’usurpation par IP est la plus complexe et la plus sophistiquée. Les spoofers vont envoyer des paquets IP depuis une adresse qu’ils ont usurpée. Ce qui fait que cette stratégie ne vise pas un utilisateur mais tout un réseau. Et comme l’usurpation d’une adresse IP est utilisée dans le cadre d’un lancement d’attaques DDoS, les pirates sont de ce fait en mesure de brouiller les pistes.

Le smart spoofing

Le principe du smart spoofing par du même fait que l’usurpation d’une adresse IP. La différence réside dans le fait qu’avec le smart spoofing, le pirate peut accéder à des services sur un réseau ou aussi accéder à des applications.

Savoir reconnaître les attaques par spoofing

Nombreux sont les signes d’attaques par spoofing qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille.

  • Sachez que les entreprises à données sensibles telles que les banques ne peuvent pas utiliser les services de messageries publiques.
  • Méfiez-vous des formules de salutations génériques et des mails contenant des demandes d’informations personnelles.
  • Lorsque vous recevez des pièces jointes étranges avec des extensions HTML ou EXE, ne cliquez pas dessus.
  • Soyez vigilant sur les fautes dans les URL.

L’installation d’une messagerie sécurisée, la meilleure façon de se protéger du spoofing

Différentes solutions peuvent s’offrir à vous pour limiter les risques d’attaques par spoofing. Mais LA solution par excellence demeure l’installation d’une messagerie sécurisée. Dans cette lancée, notre entreprise vous propose une application de messagerie avec un cloud privé qui s’adresse à toute entreprise des industries réglementées. Vos données seront nettement plus sécurisées.