Quelle est la différence entre un scareware et un ransomware ?

are

Parmi les plus dangereux programmes malveillants figurent le scareware et le ransomware. La cybercriminalité prenant de plus en plus d’ampleur, il est important de bien les connaître pour pouvoir se prémunir face à leurs attaques. D’ailleurs, vous avez sûrement récemment entendu parler du Darkside, désigné responsable d’attaques contre le géant américain Colonial Pipeline par le biais de « rançonlogiciel ». C’est la preuve que personne n’est à l’abri d’attaques similaires, même les plus équipés. Comprenez la différence entre un scareware et un ransomware et sachez vous en protéger.

Pourquoi on peut parfois confondre scareware et ransomware

La différence entre un scareware et un ransomware n’est pas toujours évidente. En effet, ces deux types de malware présentent des similarités. D’ailleurs, un scareware peut conduire à un ransomware. Le scareware va tromper l’utilisateur pour le conduire à acheter de faux antivirus. Si l’internaute clique sur les solutions proposées en réalité par des cybercriminels, ces derniers pourront avoir accès à des données le concernant. Ainsi, si les données tombent entre les mains des malfaiteurs, ils peuvent exiger que la victime leur paie de l’argent pour pouvoir les récupérer. Dans ce cas, il s’agit du ransomware.

Cependant, ce n’est pas toujours le cas car les objectifs visés par ces malwares sont différents. Leurs modes d’intrusion dans nos logiciels, également, ne se ressemblent. Il est donc nécessaire de bien connaître cette différence afin de mieux faire face à chacun. 

Définitions du scareware et du ransomware

Qu’est-ce qu’un scareware ?

Un scareware est un programme malveillant qui va entrainer les utilisateurs à aller sur des sites remplis d’autres logiciels malveillants. Comme l’indique leur nom, les logiciels utilisent la peur pour pousser les gens à entrer dans leurs démarches frauduleuses. Voici comment progresse leur démarche :

  • Avertissement d’une menace sur votre système informatique ou sur vos différentes messageries ;
  • Incitation à cliquer urgemment sur une solution, mais en réalité un faux antivirus ;
  • Infiltration dans l’ordinateur par le clique effectué par l’utilisateur.

La personne aura tellement peur qu’elle sera même prête à payer pour éviter les dangers. Ainsi, les cybercriminels vont tromper les gens. Tout ce qu’ils font parait légitime, tant les avertissements que les solutions offertes. Ces dernières ont l’apparence d’un antivirus sérieux mais seront elles-mêmes les virus. Il sera alors difficile de les distinguer des vrais antivirus et on peut facilement tomber dans leurs pièges. Dès qu’on clique sur la redirection proposée, l’ordinateur ou bien les messageries peuvent être infectés. A cause de cela, le scareware est fortement répandu : G Data a d’ailleurs démontré une progression de 35% des faux antivirus en l’espace d’un an.

Qu’est-ce qu’un ransomware ?

Le ransomware, quant à lui, va employer des codes nuisibles générés par des cybercriminels pour infecter, enlever, ou bien verrouiller les données personnelles de l’utilisateur. Contrairement aux autres virus qui infectent un PC sans avertir, la victime sera mise au courant. Les pirates vont donner leurs instructions à leur proie pour qu’elle puisse récupérer ses données. Mais bien évidemment, ce n’est jamais gratuit. Elle sera obligée de payer et le paiement se fera notamment via cryptomonnaies pour que les criminels ne puissent être détectés. Le ransomware peut se répandre par le biais d’espaces de stockage externes ou des pièces jointes d’e-mail.

Ce qui fait la distinction entre scareware et ransomware

Pour résumer, la différence entre un scareware et un ransomware se trouve principalement dans leur but. Le véritable but du scareware 

est de pirater des données sensibles pour pouvoir les voler ou les divulguer. En effet, il suffit de cliquer sur les alternatives proposées pour que les pirates puissent infiltrer vos données. Les instigateurs du scareware peuvent être notamment des ennemis ou bien de la concurrence. Le ransomware, quant à lui, va verrouiller ou enlever les données pour soutirer de l’argent à ses cibles. Son but est dont principalement l’argent. Mais une autre facette du danger, c’est que même si l’on paie, on n’est jamais certain que les cybercriminels tiendront parole. Des victimes se retrouvent parfois à payer plusieurs fois mais sans résultat. Le mieux est donc de toujours se protéger.

Une messagerie sécurisée pour faire face aux logiciels malveillants

Grâce à des programmes de piratage informatique tels que le scareware et le ransomware, le gouvernement ainsi que des fournisseurs peuvent intercepter vos messages. La meilleure solution pour éviter cela est l’utilisation d’une messagerie sécurisée. Cette dernière va utiliser le chiffrement bout en bout pour que tous vos messages soient brouillés. Seuls l’expéditeur et le destinataire auront la possibilité de les décoder. Ce genre de messagerie va aussi filtrer à la base les e-mails frauduleux. Nous proposons une application de messagerie sécurisée, une communication unifiée et un cloud privé. Cette solution vous est particulièrement destinée si vous êtes une entreprise ou faites parties des industries règlementées comme les banques, les compagnies aériennes et de transport, les assurances ou encore les institutions publiques. Et parce que vous traitez des données sensibles, vous n’êtes légalement pas autorisé à utiliser les boites de messagerie publique. Notre point fort, c’est d’être soumis à la législation française et européenne, qui ne permettent pas les investigations comme aux Etats-Unis.

Comment se protéger des scarewares ?

se protéger des scarewares

Les scarewares figurent parmi les virus les plus méconnus et trompeurs. Pourtant, les dégâts qu’ils peuvent causer peuvent être néfastes. Il est alors essentiel de se protéger des scarewares pour ne pas tomber dans leurs pièges. Puisque ce virus est trompeur, on peut difficilement le reconnaître. Le programme effraie en disant que notre ordinateur est infecté et il propose lui-même les solutions pour y remédier. Comme personne ne veut avoir de logiciel malveillant dans son système, il est logique que le commun des mortels va accepter les solutions qui lui sont proposées. Pourtant, ces solutions seront de faux antivirus : des logiciels malveillants qui vont infecter ou enlever des données sensibles. Alors comment faire pour se protéger de ce malware ?

Comment savoir qu’il s’agit d’un scareware ?

Pour mieux se protéger des scarewares, il est important de connaitre le mode de procédure des cybercriminels. Nous pouvons dire qu’ils sont fortement doués pour tromper les utilisateurs. Grâce à l’ingénierie sociale, ils vont les manipuler en leur faisant peur. Voici des méthodes courantes qu’ils utilisent pour parvenir à leurs fins :

  • Au cours de votre connexion internet, vous vous verrez bombardé de fenêtres pops up, qui vont vous prévenir que votre ordinateur est menacé par des logiciels malveillants. Celles-ci se présenteront comme les antivirus adaptés pour contrer cette menace et vous inviteront à cliquer sur les fenêtres pour les obtenir. Ce simple clique suffira à faire entrer leur programme malveillant. Parfois, certains vous demandent même de désinstaller votre antivirus actuel pour le leur, qui serait meilleur.
  • Vous pouvez recevoir des e-mails alarmants vous adjoignant d’envoyer vos données personnelles. Et si vous ne le faites pas, le mail vous fait comprendre que vous risquez de gros problèmes.
  • Lorsque vous installez un logiciel sur votre ordinateur, vous recevez des messages vous informant qu’il y a des erreurs. Ceux-ci vont alors vous inviter à télécharger d’autres plugins, qui amélioreront le fonctionnement du logiciel téléchargé. Cependant, le plugin sera un faux : il s’agira en réalité d’un logiciel malveillant.

Les bons réflexes à adopter pour se protéger des scarewares

Il n’est pas toujours évident de se protéger des scarewares. En effet, les méthodes des pirates de l’informatique sont tellement subtiles qu’on n’a pas toujours le temps de réfléchir avant de tomber dans leur piège. Cependant, si on adopte les bons reflexes, il est possible de les éviter.

Installer un antivirus reconnu dans son PC

Tout d’abord, il faut avoir en tête que, si on a un bon antivirus installé sur notre ordinateur, c’est uniquement lui qui pourra nous prévenir des réels dangers. Puisqu’un scareware est un virus comme les autres, un bon antivirus pourra le détecter et le supprimer. Pour se protéger des scarewares, il faut donc bien choisir son antivirus.

L’utilisateur doit aussi veiller à ce que ce dernier soit régulièrement mis à jour. À la moindre demande de mise à jour, mieux vaut l’accepter. Vous n’aurez ainsi plus besoin des faux antivirus proposés par les cybercriminels.

Faire attention lorsqu’un antivirus exige un paiement

Parfois, le scareware sert aussi à soutirer de l’argent. Pour régler le sous-entendu problème, il vous demandera de transmettre vos informations bancaires pour que le contact puisse payer l’antivirus adapté. Dans ce cas-là, on se retrouve la victime d’un ransomware. Logiquement, vous avez acheté votre antivirus. Et les vrais n’attendent pas d’être payés pour résoudre quelconque problème de virus.

Choisir des mots de passes complexes

Même si le scareware ne va pas s’incruster en devinant vos mots de passe, il est toujours plus prudent d’en choisir des complexes. Se protéger des scarewares implique de ne laisser aucune opportunité aux cybercriminels pour accéder à nos données. Il peut arriver qu’on ait laissé entrer un logiciel malveillant par mégarde. Mais choisir des mots de passe différents pour chaque programme est une barrière de sécurité supplémentaire. Ainsi, dans chaque mot de passe, mélangez majuscules, minuscules, chiffres et symboles.

Activer le pare-feu de l’ordinateur

Il faut adopter le reflexe de toujours activer le pare-feu de l’ordinateur. En général, tous les ordinateurs en sont munis. Le pare-feu peut prévenir certaines menaces qui risqueraient de toucher vos données.

Un des meilleurs moyens pour prévenir le scareware : la messagerie sécurisée

Se protéger des scarewares n’est plus une option mais une obligation. En effet, selon un rapport établi par l’IC3 du FBI, le taux de cybercriminalité répertorié a doublé par rapport à 2019. C’est surtout les logiciels d’extorsion de données personnelles comme les scarewares qui sont les plus nombreux. Pour les entreprises et industries règlementées comme les banques, les compagnies aériennes, de transport, les assurances et les institutions publiques, il n’est plus possible d’utiliser des messageries publiques. En effet, ces entreprises ont des données sensibles et user du maximum de prudence est de mise. Nous proposons ainsi Pronto! une messagerie sécurisée, afin que les messages ne puissent être interceptés. Elle filtre aussi à la base les e-mails frauduleux qui peuvent infecter l’ordinateur avec des scarewares. N’hésitez pas à l’essayer via un compte démo.